Danse d’atomes d’or

Titre : Danse d’atomes d’or

Auteur : Olivier Liron

Genre : Littérature contemporaine

Editeur : Alma

Date de publication : août 2016

Prix : 17€

Nombre de pages : 227

 

 

 

Résumé : Un soir chez des amis, O. rencontre Loren, une acrobate fougueuse et libre aux cheveux couleur de seigle. Ils s’éprennent follement, s’étreignent et s’aiment le jour et la nuit dans la ville qui leur ouvre les bras. Mais Loren disparait sans un mot. Inconsolable, têtu, O. la cherche jusqu’à Tombelaine en Normandie. Là, il apprendra pourquoi la jeune fille si solaire et fragile, est partie sans pouvoir laisser d’adresse.
Librement inspiré d’Orphée et Eurydice, le ballet de Pina Bausch, Danse d’atomes d’or propose une nouvelle version du mythe. Ici, Eurydice n’a pas besoin d’Orphée…
D’une beauté à couper le souffle, écrit avec la rage de vivre, le premier roman d’Olivier Liron s’inscrit dans le droit fil de L’écume des jours de Boris Vian.

 

Tout commence par un jeu, celui du « Post-it » : le narrateur, O., se découvre Orphée ; Loren, Eurydice. Suit alors un conte original, basé sur ce mythe, dans lequel deux personnes vont s’aimer follement le temps de quelques jours. La rencontre avec Loren va marquer la vie de O. : dès les premiers instants, il est fasciné par la jeune femme. Reine du spectacle la nuit, elle offre au narrateur une vie de bohème entre son petit appartement sous les toits et les promenades interminables dans les rues de Paris.

L’enthousiasme des personnages pour cette vie épicurienne est véhiculée par un rythme d’écriture à la fois scandé et allongé. La plume de l’auteur agit comme une mimétique du texte : ainsi les moments de contemplation de l’être aimé se transforment en un tableau d’émotions et la passion du narrateur dépasse le cadre du récit.

Danse d’atomes d’or est une histoire d’amour furtive et surtout intense : un amour qui se consume, se dévore et détruit. Nous sommes exclusivement dans la tête de O., le narrateur, si bien que nous vivons son amour mais aussi sa décontenance devant la tornade que représente la jeune femme.

La magie de la rencontre commence dès lors à s’effriter : ce personnage que l’on croyait invincible montre une petite part de faiblesse qui demeure incompréhensible. Cette brèche s’ouvre complètement lorsque Loren disparaît, sans rien laisser derrière elle. O. est désarmé, sans aucun moyen pour comprendre ou retrouver celle qu’il aime. Ce basculement du récit est également visible dans l’écriture qui prend la forme d’une complainte.

 

Entre polar, réécriture de conte et poésie, Olivier Liron signe un premier roman ambitieux, plein de charme, qui s’inscrit entre rêverie et descente aux Enfers. Ce livre nous rend vivants, donne envie d’être amoureux. Comme la passion qui y est décrite de façon crue et poétique, il se dévore. Le bagage culturel de l’auteur se ressent dans sa plume, mais ne s’impose pas comme une barrière avec le lecteur : il agit au contraire pour véhiculer toute la poésie présente dans le texte. Le titre du roman en est d’ailleurs la meilleure preuve.

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *